Avertir le modérateur

21/12/2016

GAGNY: la mosquée du Chenay-Gagny est en voie de démantèlement

GAGNY: la mosquée du Chenay-Gagny est en voie de démantèlement. Elle était installée illégalement depuis août 2011 sur le parking appartenant à Icade, au fond de l'allée Georges Guyonnet. Cette mosquée était composée de tentes et de bungalows. Sa capacité était pour les hommes de 230 places et pour les femmes de 80. Pendant le ramadan près de 500 musulmans y venaient prier. L'association avait déposé un permis de construire pour cet emplacement, dossier qui a été refusé par la préfecture de Bobigny. Ce terrain fait partie du futur Parc relais du Chenay-Gagny, auquel une demande de subvention a été autorisée auprès du STIF en conseil municipal le 12 décembre 2016.

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog.JPG

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog (2).JPG

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog (3).JPG

mosquée,chenay-gagny,gagny,musulmans,icade,parc relais du chenay-gagny,stationnement,stif,conseil municipal,subventions

Photos 2011 © Actualités Gagny Blog

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog.jpg

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog (2).jpg

mosquée,chenay-gagny,gagny,musulmans,icade,parc relais du chenay-gagny,stationnement,stif,conseil municipal,subventions

mosquée,chenay-gagny,gagny,musulmans,icade,parc relais du chenay-gagny,stationnement,stif,conseil municipal,subventions

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog (4).jpg

Gagny-mosquée du Chenay-Gagny©Actualités Gagny Blog (5).jpg

mosquée,chenay-gagny,gagny,musulmans,icade,parc relais du chenay-gagny,stationnement,stif,conseil municipal,subventions

Photos 2016 © Actualités Gagny Blog

18/10/2016

GAGNY: des rats et des dépôts d'ordures en permanence rue du 18 Juin à Gagny !

GAGNY: des rats et des dépôts d'ordures en permanence rue du 18 Juin à Gagny! Au 3 rue Léon Blum à Gagny existe un immeuble de huit étages habité par des copropriétaires et quelques locataires. Icade qui a vendu ces appartements à la découpe, mais est toujours propriétaire de près de la moitié des logements, a passé la main pour la gestion à un nouveau syndic "Immo de France".

Malheureusement plus de la moitié de ces copropriétaires et locataires ne paient plus leurs charges. Il y aurait près de 100.000 euros de dettes. Résultat, plus d'entretien ni de travaux depuis plusieurs années. L'espace "vert" au pied de cet immeuble est une friche. L'herbe envahit le trottoir et la chaussée, sans que la municipalité ne fasse quoi que ce soit.

Mais le pire est ailleurs. Des rats envahissent les caves et l'endroit de stockage des poubelles ou l'eau stagnerait en permanence, d'après nos informations. Plus personne ne descend ses déchets dans le local poubelles. On les dépose simplement sur le trottoir avec des encombrants en face du bureau d'accueil du bailleur Osica, rue du 18 Juin, là ou les éboueurs devraient les enlever.

L'entreprise SEPUR ne prend pas ces ordures ménagères, car elles ne sont pas dans des poubelles. Idem pour les employés municipaux qui passent de temps en temps ramasser les papiers ou vider les corbeilles dans leur véhicule Piaggio. Ils n'y touchent pas et ce n'est pas à eux de ramasser les m³ d'ordures de cet immeuble. Bref c'est l'impasse totale ou l'insalubrité règne. Nous sommes revenu au Moyen-âge à l'époque ou les rats étaient un vecteur de la peste. Et des rats il y en a. Buffet "OPEN BAR" ouvert jour et nuit !

Icade qui a vendu ces appartements, des faux 4 pièces, a trouvé quelques marchands de sommeil pour les acheter et les transformer en dortoirs pour loger trois ou quatre sous-locataires... "au black" bien évidemment ! On peut voir des balcons séparés en deux de façon "artisanale" ! Certains propriétaires voudraient déménager, mais qui va acheter de tels appartements dans cet immeuble ? 

Le maire de Gagny va-t-il réagir à notre article ? Ce quartier Jean Bouin est laissé à l'abandon depuis des années. Il en va de la salubrité publique et de la protection de l'environnement. Des rats et des dépôts d'ordures en permanence rue du 18 Juin, il faut que cela cesse.

Bientôt un nouveau quartier des "BOSQUET" comme a Montfermeil sur notre commune de Gagny ?

Rappel des pouvoirs de police du maire en matière d'habitat :

http://www.collectivites-locales.gouv.fr/pouvoirs-police-...

http://www.actu-environnement.com/librairie/veronique-fau...l

Gagny-dépôt d'ordures rue du 18 Juin ©Actualités Gagny Blog-001.jpg

Gagny-dépôt d'ordures rue du 18 Juin ©Actualités Gagny Blog (3).jpg

Gagny-dépôt d'ordures rue du 18 Juin ©Actualités Gagny Blog (2).jpg

gagny,3 rue léon blum,ordures,rats,insalubrité,marchands de sommeil,municipalité,syndic,icade,immo de france,vente à la découpe,ordures ménagères

Gagny-3 rue Léon Blum©Actualités Gagny Blog.jpg

Gagny, 3 rue Léon Blum

gagny,3 rue léon blum,ordures,rats,insalubrité,marchands de sommeil,municipalité,syndic,icade,immo de france,vente à la découpe,ordures ménagères

Photo prise le 19 octobre 2016 à 11h30

gagny,3 rue léon blum,ordures,rats,insalubrité,marchands de sommeil,municipalité,syndic,icade,immo de france,vente à la découpe,ordures ménagères

Et pendant ce temps, à l'Hôtel de ville, en présence des adjoints au maire, le service tri sélectif de la ville reçoit les bailleurs pour réunion d'information sur le tri des déchets à Gagny ! Capture d'écran site web Gagny.fr . Au lieu de nettoyer les rues, la municipalité fait une réunion !

02/11/2009

ICADE à Gagny : Les dessous de l'affaire (2)

Nous continuons ici notre analyse de la vente de logements par la société ICADE aux locataires habitants le quartier Jean Bouin à Gagny(voir notre article du 28.09.2009(Episode 1). A la lecture du document proposé aux actuels locataires, notre enquête nous mène à nous poser la question de l'après-vente et des coûts qui en découlent.

Hormis une juteuse affaire financière pour la société ICADE, ses actionnaires et l'Etat, nous n'avons trouvé aucun argument positif pour les "futurs acheteurs", d'autant que le prix de vente aux vues des revenus des acheteurs semble excessif.

5°) Le bail des locataires

ICADE_Bail.JPGActuellement, l'ensemble du parc H.L.M. est géré par un seul propriétaire, la société ICADE. Mais celui-ci va se transformer en parc privé, avec une partie de propriétaires "physiques" et certainement de nombreuses sociétés de gestion privé, louant à des locataires "physiques". Cette multitude de propriétaires aura pour effet de retarder les décisions importantes d'entretien et de remise en état des différents immeubles de ce parc. L'exemple le plus marquant de ces 25 dernières années est la copropriété des "Bosquets" de Monfermeil qui s'est très vite retrouvée à l'abandon et en cessation de paiement, avec une partie de propriétaires et locataires ne pouvant plus payer loyer et charges trop lourdes.

De plus la prolongation de celui-ci étant limité à 1 mois par année de présence, les locataires voulant rester sur place, vont vite découvrir les peines des révisions de loyers et les charges de copropriétés, dûes à la création du règlement de copropriété (Plus tu as de la surface habitable, plus tu habites en hauteur, plus tu payes des charges de copropriété !!) ainsi que le financement d'un syndic ... nouveauté 2009, qui prend son obole sur chaque millième ou tantième d'appartement ...

 

6°) Les charges de la copropriété

ICADE_Charges_Foncier.JPGCe qui frappe le plus dans ce document c'est la discrétion "involontaire" sur les futures charges de la nouvelle copropriété naissante ... Or il faut savoir que le propriétaire, qu'il soit une personne physique ou un syndic pourra réclamer aux locataires les charges afférentes à l'entretien et à la rénovation des bâtiments dans son intégralité. Le non paiement de ceux-çi  au final l'expulsion des locataires !!!

Alors quid de tous les locataires qui n'ayant qu'un très faible revenue, une faible retraite ou pension se verront dans l'incapacité financière d'assurer cela ? 

Nous avons pris 2 exemples de calculs sur une base d'un homme célibataire travaillant en Ile-de-France et perçevant le SMIC mensuel sur 35h/semaine, ainsi qu'une retraitée vivant seule touchant une pension mensuelle moyenne en Île-de-France. Dans les 2 cas, ils vivent dans un 2 pièces, ce qui représentent les cas les plus fréquents dans ces immeubles du quartier Jean Bouin à Gagny.

Loyer-Charges_celibataire.JPG
Exemple 1 : L'homme célibataire
Loyer-Charges_retraite.JPG
Exemple 2 : La retraitée

Et encore, nous n'avons pas comptabilisé dans les coûts mensuels, la partie "nourriture" souvent variable d'une personne à une autre, ni "l'intégration cachée" de la taxe foncière dans les charges, qui bien souvent est repayée en partie par le locataire, sans qu'il le sache.

Vous constaterez donc comme notre rédaction que non seulement, les fins de mois sont très difficiles, mais que l'ajout des charges de copropriété à un loyer déjà haut a laquelle vient s'ajouter une taxe d'habitation exorbitante rend la situation intenable dans les 2 cas ... Seule solution à court terme : le déménagement hors de la commune !!

7°) Le relogement est-il obligatoire ?

ICADE_Relogement.JPG

Et là comme par hasard, le paragraphe qui tue ....

"... Mais bien sûr nous pourrons vous reloger sans problème ... dans une ville plus abordable pour vos petits revenus !!!"

Le seul soucis c'est que personne ne sait ou !!! Et pour ceux qui travaillent dans le secteur ?? Et pour les retraités qui avaient pris leurs habitudes dans la commune depuis des années ? Et pour les enfants de ces familles qui avaient leurs ami(e)s d'école ici sur Gagny ... ?? Et pour les parents divorcés qui voulaient rester proches de leurs enfants ?? Et pour les enfants adultes-célibataires qui voulaient rester proches de leurs parents malades ou handicapés ??

Mais ICADE n'en a cure, et la municipalité de Gagny avec à sa tête Michel Teulet non plus ... Dabord ces personnes ne font pas parti de son électorat traditionnel ... et comme les caisses de la commune sont vides, il n'est pas question pour la ville de Gagny d'acquérir le moindre logement social du parc ICADE pour le faire entrer dans le parc social de la ville, et respecter enfin le taux de 20% de logements sociaux comme l'oblige la LOI SRU de 2000 !! 

8°) Millièmes et tantièmes - Définition et détermination

Base légale : art. 1, 5, 6-1, 10, 11, 30 Loi 10 juillet 1965

  • Définition
    Chaque copropriétaire possède une quote-part (ou parts) de la copropriété. Cette quote-part est exprimée en tantièmes (un certain nombre, qui rapporté au total de toutes les parts peut être exprimé en pourcentage). La plupart du temps les copropriété sont divisées en millièmes de parts, d'où l'appellation courante millièmes, qui sont de fait des tantièmes exprimés sous forme de mille. La détermination du nombre de tantièmes est libre : 1.000, 10.000, 100.000... tout dépend en fait de la taille de la copropriété et du nombre de ses lots.

 

  • Tantièmes, charges et votes
    • Les tantièmes de copropriété déterminent fondamentalement le pouvoir de vote (nombre de voix en assemblée générale) de votre lot au sein de la copropriété, et plus généralement vos droits et obligations.
      Ces même tantièmes servent fréquemment de base au calcul des charges ; aussi les confond-on souvent. Or il est tout à fait possible que la quote-part des charges soit différente de celle des droits et obligations, à raison par exemple des contraintes engendrées par la situation particulière d'un ou plusieurs lots.
      A la différence de la quote-part des charges, la révision de la quote-part de copropriété ne peut résulter que d'une décision unanime des copropriétaires sans dérogation possible, même judiciaire.
    • Ce n'est qu'en cas de silence ou contradiction des titres qu'en vertu de l'art. 5 de la loi de 1965, la quote-part des droits et obligations sera toujours déterminée par rapport à la valeur des lots au jour de l'établissement de la copropriété, les modifications ultérieures étant sans incidence. Il est tenu compte de "la consistance, de la superficie et de la situation des lots, sans égard à leur utilisation".
    • En cas de modification des quotes-parts afférentes à un lot ou aux parties communes, les droits sont réévalués en fonction de la nouvelle répartition, qui doit être publiée au fichier immobilier (art. 6-1 Loi 1967).
       
  • Détermination des tantièmes de copropriété (déterminant les droits et obligations)
    (appliqués, sauf cas particuliers, aux charges de conservation, entretien et administration de l'immeuble - Cass. civ. 19/11/1986 - Bull. cass. n° 163)
    L'art. 5 de la loi de 1965 laisse toute latitude au rédacteurs du règlement de copropriété pour répartir les tantièmes à leur convenance ; en effet, la référence à "la consistance, la superficie et la situation des lots" laisse aux rédacteurs une grande marge de manoeuvre.
     Loi SRU Article 76
    L'article 10 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 précitée est complété par un alinéa ainsi rédigé :
    « Tout règlement de copropriété publié à compter du 31 décembre 2002 indique les éléments pris en considération et la méthode de calcul permettant de fixer les quotes-parts de parties communes et la répartition des charges. »
    • La consistance
      Cette notion recouvre les aménagements intérieurs (logement, bureau, atelier, cave...), la qualité des matériaux et le degré de confort (balcon, ascenseur...).
    • La situation
      Sont désignés l'étage (éclairement), l'orientation (ensoleillement), le côté (rue, cour, jardin : l'estimation porte sur le niveau de bruit), la vue.
    • La superficie
      La loi Carrez n'étant pas obligatoire pour ce calcul, l'estimation peut se faire sur plans selon les dimensions externes et sans tenir compte des cloisons intérieures (qui sont de toute manière susceptibles de modification).

 9°) CONCLUSION FINALE

Toute cette opération a été orchestrée par une société de gestion de biens immobiliers sans scrupule, avec l'accord tacite de l'ex-ministre du logement Christine BOUTIN (http://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_Boutin), et Fadela AMARA (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fadela_Amara), secrétaire d'état à la politique de la ville, toutes deux venues sur Gagny l'année dernière et visiblement "grandes amies" de notre maire.

N'oublions pas que ces dernières années, la municipalité actuelle à fait dépenser à l'ensemble des habitants, plus de 20 Millions d'euros pour un espace vide, inerte, sans intérêt ni économique, ni social, ni environnemental. A titre de comparaison, à 180.000 € l'appartement, ce sont près de 100 logements que la commune aurait pu racheter directement à ICADE. En les faisant entrer dans le patrimoine de GAGNY, la commune aurait respectée la loi SRU, qui instaure au minimum 20% de logements sociaux dans les communes de plus de 10.000 habitants (en 2008 le taux est de 19,8%) et ne payerait pas de taxe annuelle supplémentaire à l'état, pour non respect de cette loi !

Michel Teulet, au prochain conseil municipal pourra certainement expliquer à toutes ces personnes qui vont très vite se trouver dans des situations très difficiles, qu'elle pourront être relogées loin ... très loin de notre commune !! et avec sa bénédiction ... AMEN !!

http://www.reunions-de-chantier.org/index.php3

22:00 Publié dans Habitat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : icade, location, vente, copropriété | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/09/2009

Icade à Gagny:Les dessous de l'affaire(1)

Proposition01.JPGECOEUREMENT ... A Gagny c'est le mot qui revient sur de nombreuses lèvres de locataires du groupe d'immeubles situé tout proche du stade JEAN BOUIN !

En effet, depuis plusieurs mois, maintenant la société ICADE a décidée de se "débarasser" de plus de 32.000 logement sur l'Ile-de-France ... Et comme par hasard ce sont les plus anciens qui sont "soldés" !!

La rédaction s'est procurée une proposition parmi d'autre et a pris le temps d'étudier l'OPPORTUNITE offerte à ces locataires, habitants pour certains dans ces appartements depuis plusieurs décennies pour un grand nombre d'entre-eux ...

La rédaction est allée de surprise en surprise en découvrant les fameuses "conditions préférentielles" que cette société proposait à ses locataires.

Proposition02.JPGNous ne doutons pas, certes, que quelques jeunes couples puissent être tentés de franchir le pas ... mais savent-ils ou ils mettent les pieds en réalité ?

Nous avons décortiqué tout ce dossier, et nous sommes également surpris du peu de cas que la majorité au conseil municipal n'ait pas encore soutenu les habitants, alors que de très nombreux maires et adjoint(e)s des autres départements l'ont fait, certains même avec force et véhémence auprès du bailleur social.

 

Jean_Bouin01.JPG1°) Le calcul de la surface des appartements vendus

Etrangement, la proposition indique des surfaces moyennes. Or la loi CARREZ, stipule que toute vente de logements doit obligatoirement faire l'objet d'un calcul de la surface réelle. Nous sommes donc devant une société qui va vendre des logements sans passer par cette mesure obligatoire. Serait-elle au dessus de la loi ? Aurait-elle eue des dérogations particulières ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Carrez

2°) Le prix de vente estimé et le réel

Proposition_carte.JPGCurieusement, le prix de vente a été fixé en JUIN 2008, soit plus d'un an avant la date de la réunion d'information du 26 juin 2009. Même si le prix est dans la tranche basse, ils se trouve qu'ils n'ont pas d'ascenceur et qu'il y a très peu de places de stationnement. De plus, depuis la crise fiancière, le prix au mètre carré à pris une claque depuis 18 mois. Il est donc anormal que le prix de vente ne soit pas révisé à la date de la proposition faite aux locataires. Nous pensons que si le prix avait augmenté, la société ICADE n'aurait pas manqué de le faire savoir lors de cette réunion !!

De même, il est anormal qu'aucun millième d'appartement ne soit affecté, permettant d'ajuster le prix de vente en fonction de critères standards pour tous les appartements, tels que ascenceur, parking, cave, position dans l'immeuble (rez-de-chaussée ou dernier étage), avec ou sans terasse. Ces données devant par la suite être notifiées dans le réglement de copropriété, et devant notaire ...

Proposition03.JPG3°) La décote sur le prix de vente

Cette possibilité n'est certe pas une obligation légale, cependant nous sommes surpris de la mesquinerie qui est faite aux locataires ayant priorité de rachat de leur logement. Nous lisons qu'il est prévu des avantages sur le prix final de la vente, mais que le délai de réponse est raccourci, ce qui est un contresens, compte tenu du schéma initial proposé à l'ensemble des locataires. Pourquoi une mesure commune à tous les locataires, deviendrait une mesure individuelle, dans le cas d'une vente par lots ?

Jean_Bouin02.JPGDe plus les minimums et les maximums annoncés, personne ne sait (ce n'est pas écrit), comment ces critères seront appliqués et s'il y aura une quelconque transparence dans les calculs de cette décôte. D'ailleurs aucune formule ne vient étayer les montants, ni comment ces montants ont été calculés (sur quelle base ou quel pourcentage a été chiffré, ce qui serait un indice au minimum ...)

Ci-dessous, vous trouverez une première ébauche d'une évaluation du calcul que la rédaction a tenté de retrouver et de comprendre ... et nous nous rendons compte qu'un locataire ayant 15 ans de vie dans son logement, a déjà payé une fois son appartement ... et 2 fois pour celui qui y habite depuis 30 ans !! Quel est donc l'intérêt d'acheter à nouveau son appartement une troisième fois, dans ces conditions, connaissant à peu près les espérances de vie en France (Homme = 77 ans, Femme = 82 ans) ??

Eval_cout_achat_vs_loyer.JPG

4°) Conclusion temporaire

Nous tenons donc dès à présent à mettre en garde l'ensemble des locataires dont la vie va être modifiée par cette décision unilatérale du bailleur, et appelons à la vigilance le conseil municipal sur les effets néfastes que ces ventes vont entrainer. Nous reviendrons vers vous dans une très prochaine note, car le document étant d'une lourdeur et d'une complexité importante, il nous est impossible de faire la lumière sur tous les points obscurs et importants qu'il recèle en une seule note.

28/08/2009

Des marchands de sommeil à Gagny

Panneau_Leon_Blum.JPGRue Léon Blum à Gagny, depuis plusieurs mois, le second immeuble de cette petite rue était en réfection, concernant ses façades. Une nécessité plus qu'indispensable pour cette h.l.m. appartenant à Icade !

Mais problème : les appartements ont été mis en vente et un certain nombre de locataires devront quitter leur logement dans un délai déterminé s'ils n'achètent pas leur appartement. D'autres petits malins ont pensés à autre chose dans ce quartier, qui malheureusement se dégrade à la vitesse grand "V" : faire une superbe affaire immobilière en achetant leur appartement et en le cloisonnant pour créer plusieurs studios pour la location !

Résultat, dans cet immeuble de huit étages, quatre appartements ont déjà fait l'objet de travaux et ont été divisés en trois "sous-logements" ! La superficie de chaque appartement à l'origine, était identique avec une surface totale de 68m2 comprenant trois chambres, séjour, cuisine, etc..

Maintenant il existe trois locataires pour chaque "sous-appartement". Le propriétaire à trouvé de quoi rembourser son investissement en un temps record ! Imaginons par exemple le prix "au black" de 500 € / mois pour une chambre, c'est d'un très bon rapport pour ces marchands de sommeil.

De plus, un certain nombre de ces locataires ne respectent mêmes pas les plus petites régles d'hygiène communes, au lieu de descendre mettre leurs sacs de poubelles dans le local approprié ... ils les déposent à même le sol chaque jour, dans la rue. Le service de nettoiement de la ville de Gagny est malheureusement habitué à enlever journellement ces ordures sur la voie publique ...

Autre problème juridique de taille. Chaque appartement disposant d'une valeur locative avec une surface en millièmes, toute modification interne d'un lot doit être approuvée par les assemblées générales ordinaires annuelles et annexée au règlement de copropriété. Nous nous doutons bien que cela n'a pas été respecté.

Idem pour les assurances responsabilité civile : Les propriétaires se doivent de fournir à leur assurance respective, les noms des locataires et bien entendu chaque locataire se doit de prendre une assurance en cas d'incendie. Nous doutons que, dans ces conditions d'hébergement, les assurances couvrent les risques en cas d'accident ou d'incendie.

Reste également les problèmes de :

- La taxe d'habitation, qui devra également être recouvrée auprès du ou des locataires ... mais sur quelle surface exactement ? et combien d'habitants dans ces logements ?
- La taxe foncière, auprès du propriétaire qui devrait déclarer également le nombre de locataires sur une petite surface ? mais quelle surface ?

Bref, vous appelerez cela comme vous le voudrez, nous à la rédac ... nous avons trouvé cela scandaleux ! Et nous le dénonçons haut et fort !

21:00 Publié dans Habitat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sous-location, hlm, icade, revente | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/06/2009

Ventes de 620 appartements à la découpe sur GAGNY

Icade_panneau.JPGA GAGNY, comme dans de très nombreuses communes d'ile-de-France, nous assistons avec effarement à un certain nombre de pratiques qui, quoique legales, font que, nous nous posons de sérieuses questions sur la gestion des parcs locatifs des H.L.M. (Habitations à Loyers Modérés).

ICADE_Gagny.JPGIl se trouve qu'une des sociétés de gestion ayant en charge un parc immobilier très important dans la région a commencé à se délester d'un grand nombre de logements. Certain journaux, comme le PARISIEN, nous révèle qu'au moins 32.000 logements de ce type seraient ou sont mis en vente. Sur GAGNY, cela représenterait 620 logements.

Depuis 2000, la loi S.R.U. initiée par Jean-Claude GAYSSOT, ex-ministre communiste de Lionel JOSPIN, impose à toute commune de plus de 3.500 habitants de disposer d'un parc H.L.M. représentant 20% minimum de l'ensemble des habitations de la commune. Or cette série de mises-en-vente, risque fort d'avoir un effet direct sur le seuil minimum correspondant à cette loi.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_relative_%C3%A0_la_solid...

http://www.maires-sru.org/villes.html 
http://www.maires-sru.org/images/LesEchos.jpg

Sur GAGNY, souvenons-nous qu'il y a quelques années, cette pratique avait été enclenchée avec un lot d'immeubles du quartier Jean MOULIN. Après la vente, les habitants avaient du refaire l'étanchéité des toitures à leurs frais. Cette pratique avait réduit le taux de 26,5% à 19,85% .... En passant donc sous le seuil officiel, par une privatisation de fait (puisque ces immeubles n'ont pas été détruits) notre commune se retrouvait directement hors du périmètre circonscrit par la loi.

Icade_parisien92_vente.JPGLe résultat étant immédiat pour la commune :

- Les taxes assujeties en dessous des 20% de logements sociaux doivent être payées par les contribuables Gabiniens, puisque la commune passe sous ce seuil,

- L'augmentation des loyers, si ce sont d'autres sociétés privées qui se portent acquéreuses des 620 logements,

- L'impossibilité de faire "tourner" ces logements pour les rendre accessibles aux moins fortunés, puisqu'ils deviendront par nature privés, lors de l'accession à la propriété dans des ventes "à la découpe" ou par "lots",

- L'obligation pour la commune de rechercher, a nouveau des terrains à bâtir pour retrouver le seuil de 20%, ce qui entraine de facto, des dépenses par le rachat de terrains viabilisables, comme la carrière du centre par exemple,

Icade_parisien92_boutin.JPGMais de très nombreux maires de droite comme de gauche s'élèvent contre cette mesure prise par le conseil d'administration d'ICADE, qui en théorie n'aurait pas vocation à faire de la finance sur des logements construits avec l'argent public dans les années 60. Or nous nous rendons compte, que 40 ans après, ceux-cis n'ont pas non plus été entretenus de manière correcte, et de nombreux travaux de réfection lourds doivent être entrepris, notamment sur les parties isolations extérieures, toitures, menuiseries et fenêtres.

Icade_parisien94.JPGComme la société ICADE a été introduite en bourse l'année dernière, son besoin de financement nécessite une vente du patrimoine immobilier. Or le patrimoine revendu est comme par hasard celui le plus dégradé !! Si cette société n'arrive pas à revendre aux particuliers, elle s'adressera directement aux collectivités locales, qui elles devront obligatoirement les racheter et entreprendre ces travaux de rénovation ... Vous imaginez donc le coût pour nos collectivités, déjà bien mal en point par la mauvaise gestion locale et la crise financière (certaines communes ayant contractés des emprunts à taux variables) ... 

Icade_parisien92.JPGSur la commune, Michel TEULET est concerné par cette vente. Ainsi au lieu de consacrer 20 millions d'euros sur la carrière pour rien, il aurait été plus judicieux de financer l'achat d'appartements déjà existants à des prix imbattables ... et d'y loger ceux dont les revenus étaient les plus faibles ... Mais comme les caisses sont vides depuis déjà bien longtemps, la commune ne pourra pas se porter acquéreur et respecter la Loi S.R.U. !!

Etat_Gagny.JPG

En attendant ce sont les caisses d'ICADE que les différentes communes laissent se remplir ... Or la CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS étant le principal actionnaire de cette entreprise, c'est l'état qui va se remplir les poches au détriment des communes. Nous pouvons dire merci à l'ex-ministre de la Ville et du Logement, Madame BOUTIN, "grande amie" de Michel TEULET ... qui avant d'être remerciée de son ministère nous a laissé "un ver dans le fruit" du logement social !!!  

Icade_bourse.JPG

22:00 Publié dans Habitat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : icade, vente, appartement, lot, découpe | |  Facebook |  Imprimer | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu